II. Le taux de réussite des auto-écoles


On peut obtenir le taux de réussite d’une auto-école en s'adressant à la préfecture ou en se rendant sur https://www.vroomvroom.fr/.


A. Le taux de réussite des auto-écoles est-il un indicateur important ?


Oui … surtout pour les candidats ayant échoué ! En effet, les auto-écoles ne disposent que de peu de places aux examens ; de plus, ces places sont en priorité attribuées aux nouveaux inscrits. Il n’en reste donc que très peu pour les candidats ayant déjà subi un ou plusieurs échecs. On comprend alors l’importance pour ces candidats de ne pas être nombreux, ce qui nécessite que le taux de réussite de l’auto-école soit élevé.


B. Le taux de réussite des auto-écoles : un indicateur fiable de la qualité de la formation ?


La réponse est assurément : non ! En effet :

- Certaines auto-écoles vont jusqu’à présenter leurs élèves uniquement après quarante heures de conduite. Il est normal qu’elles aient des taux de réussite supérieurs à celles donnant éventuellement leur chance aux candidats dés qu’ils ont suivi seulement 20 heures de conduite.

- Le taux de réussite dépend fortement de la proportion d’élèves en conduite accompagnée. En effet, les taux de réussite, en moyenne, sont de 49 % pour ceux suivant la filière de formation traditionnelle mais de 70 % pour ceux ayant opté pour la conduite accompagnée.

- Certains centres d’examen sont plus sélectifs/sévères que d’autres. Certains examinateurs ajournent facilement tandis que d’autres sont plus tolérants.

- Les taux de réussite dépendent du secteur géographique : il est plus difficile de conduire dans une grande ville que sur des petites routes de campagne. C’est pourquoi, à Paris, par exemple, le taux de réussite au permis de conduire est nettement inférieur à celui observé à l’échelle nationale.

- Le taux de réussite dépend également du type de population.

- Les taux affichés sont les taux de réussite, tous examens confondus (code et conduite). Or, ce qui importe le plus, pour le candidat, est le taux de réussite à l’épreuve de conduite car c’est cette épreuve qui coûte le plus cher et fait le plus appel aux compétences du formateur.  



III. Les apprentis conducteurs exclus de leur auto-école après échec à l’examen du permis


L’exclusion d’une auto-école est une galère dans laquelle tombent de plus en plus d’élèves. En effet, beaucoup d’auto-écoles n’hésitent plus à exclure leurs clients après trois échecs ou font signer un papier aux candidats trop pressés de passer les examens stipulant qu’en cas d’échec, l’auto-école ne les représentera plus à ces mêmes examens.


- Pourquoi certaines auto-écoles excluent-elles les candidats après un ou plusieurs échecs, même s’ils paient leurs leçons rubis sur l’ongle ?


Tous les mois, les préfectures attribuent à chaque auto-école un certain nombre de places aux examens théorique (le code) et pratique (la conduite). Ce nombre ne dépend que du nombre d’inspecteurs disponibles durant le mois considéré et du nombre de candidats que l’auto-école a présenté pour la première fois durant les douze derniers mois (plus d’explications sur http://unicae.free.fr/telechargements/PROBLEMES.doc). Après un échec, un candidat ne rapporte plus aucune place d’examen à l’auto-école qui le présente ; il va même lui en « coûter » une ou plusieurs car elle devra le présenter à nouveau aux examens. Les auto-écoles ayant de faibles taux de réussite sont alors tentées de se débarrasser des mauvais candidats.


- Une auto-école a-t-elle le droit d’exclure ses clients ?


Oui si les prestations payées ont été prises. Elle n’a alors aucune obligation de garder votre dossier. Nous vous conseillons donc de vérifier que l’auto-école dans laquelle vous souhaitez vous inscrire ne vous exclura pas si vous avez le malheur d’échouer plusieurs fois aux examens.


- Que faire lorsque l’on est exclu d’une auto-école ?


Vous avez le choix entre chercher une autre auto-école ou vous préparer à passer l’examen en candidat libre. Si vous optez pour la première option, la nouvelle auto-école vous demandera des frais de transfert ou des frais de dossier et vous imposera le plus souvent une nouvelle séance d’évaluation ainsi qu’un minimum de 20 h de cours de conduite. De plus, cette nouvelle auto-école sera difficile à trouver car peu d’entre elles sont disposées à accepter des candidats ayant déjà échoué une fois à l’examen pratique. En effet, comme expliqué plus haut, ce genre de candidat ne permet pas à l’auto-école d’obtenir une place d’examen. Elle devra donc lui en « offrir » une qui était destinée à un autre de ses apprentis. Enfin, un tel candidat n’est financièrement pas du tout intéressant pour une auto-école s’il ne souhaite reprendre que quelques heures de cours.

 1  2      page 3      4

 1  2      page 3      4

Dernière mise à jour : 18.5.2014

Accueil